Vente immobilière à La Rochelle : les différents diagnostics techniques à prévoir

Partager sur :
Vente immobilière à La Rochelle : les différents diagnostics techniques à prévoir

Les diagnostics techniques lors d’une vente immobilière à La Rochelle doivent composer le DDT à fournir à l’acheteur. La nature des examens dépend de trois paramètres essentiels :

  • la typologie du bien ;
  • son ancienneté ;
  • la zone géographique où il se trouve.

Voici les diagnostics à prévoir en fonction de ces trois éléments.

Les diagnostics spécifiques selon le type de bien

Les deux examens suivants sont requis uniquement pour des types de biens en particulier :

  • le diagnostic loi Carrez : pour les appartements faisant partie d’un bâtiment collectif et les maisons issues d’un lotissement ;
  • le diagnostic assainissement : pour les maisons individuelles équipées d’un système d’assainissement qui n’est pas relié au réseau public.

Les diagnostics nécessaires selon l’âge du bâtiment

En fonction de la date de délivrance du permis de construire relatif au bâtiment, les examens suivants peuvent être nécessaires :

  • le diagnostic plomb : pour une autorisation obtenue avant 1949 ;
  • le diagnostic amiante : pour un permis délivré avant 1977 ;
  • les diagnostics électricité et gaz : si les équipements sont vieux de plus de 15 ans.

Les diagnostics indispensables selon la localisation du bien

Certaines zones sont exposées à des nuisances particulières. Celles-ci doivent être évaluées à partir des diagnostics spécifiques :

  • le diagnostic termites et un état parasitaire : en cas d’infestation aux insectes xylophages ;
  • le diagnostic bruit : en cas de nuisance sonore due à la proximité avec une gare, une usine ou un aéroport.

Par ailleurs, le DPE et l’ERP demeurent obligatoires en toutes circonstances, quel que soit le type de bien mis en jeu, son ancienneté ou sa localisation.